AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ruwa Nakahara

Aller en bas 
AuteurMessage
Ruwa Nakahara
Présentation non faite ou non validée
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 27
Date d'inscription : 02/07/2007

Profil
Age:
Physique:
Caractère:

MessageSujet: Ruwa Nakahara   Mar 3 Juil - 12:40

Nom : Nakahara
Prénom(s) : Ruwa
Surnom(s) : Ru, une abréviation de Ruwa tout simplement
Âge + Date de naissance : 21 ans | 31 mars

Physique :


Ruwa, c'est une tignasse dorée composée de cheveux fins et lisses comme ceux de sa mère, plutôt courte et qui s'arrête au bas de la nuque. La coiffure ? Elle dépend de son humeur, mais ce qui ne change pas, c'est la frange effilée et toujours coiffée qui tient miraculeusement en place et qui laisse voir un seul de ses yeux bleu nuit, tellement sombre que si on ne s'approche pas, on a l'impression qu'ils sont noirs. Des yeux bridés, héritage de ses origines mais qui comme tous les gens dans son cas, ne laissent pas deviner que celui-ci à un problème de distinction des couleurs, oui car Ruwa est daltonien et il est atteint de trichromatie anormale, et c'est un deutéranomal, dans son cas, il ne voit pas le jaune ou très mal le jaune, mais ça ne l'a jamais vraiment handicapé.

Ruwa c'est aussi un visage aux traits finement tracés, semblable à celui d'une poupée, ovale mais un peu rond. Juste au-dessus de lèvres pulpeuses légèrement roses, petite touche de couleur sur sa peau lisse et douce au toucher un peu trop pâle, un nez en plein milieu de la figure, juste un peu en trompette. Même si l'âge de la puberté est passé, pas de moustache, rien, en fait, pas de poil du tout, sauf les cheveux, maladie génétique d'après les médecins, pour Ruwa, il est juste imberbe.

Ruwa, il est petit, même pas un mètre soixante, chose qui amène souvent les moqueries, mais Ruwa s'en fiche, il a l'habitude. Un corps gracile, et fin à la limite de la maigreur, aux courbes féminines, un peu trop d'ailleurs. Oui parce que Ruwa, c'est un corps de garçon un peu trop féminin qui porte à confusion pour les yeux inconnus et d'ailleurs Ruwa n'arrange rien car sa théorie de l'égalité ( à voir plus bas ) l'amène à porter n'importe quel habits, jupe y compris.

Les mains, il faut en parler. Ruwa, il a des mains fines aux mouvements gracieux comme son corps. Des mains de guitarites : agiles et aux doigts capables de figures incroyables, comme certains accords par exemple. Des mains et des doigts qui semblent parfois doués d'une volonté propre car il arrive qu'elles bougent toutes seules, surtout lorsque Sayuri est dans le coin, or Sayuri est très souvent dans le coin. Ah oui autre chose, Ruwa est cotortionniste des mains.

Pour terminer, la voix. C'est une voix suave, au timbre christallin, impossible à associer à l'un des deux sexes. Elle est facilement modulable, mais on y reconnait l'accent facilement attachable à Ruwa lorsqu'il chante, cet accent un peu nasillard mais mignon et qui lui va bien.

En fait, cadeau ou pas des dieux, Ruwa est beau et on le confond souvent avec une fille : il fait partie de ces gens que l'on nomme androgyne et aussi de ces gens qui ne font pas ais alors pas du tout leur âge. Trois choses dont il a conscience et dont il s'amuse et tire parti.

En ce qui concerne ses vêtements, comment dire ? Trois couleurs régissent ses goûts vestimentaires. Blanc, noir et bleu. Trois couleurs qu'il est sûr de voir et reconnaître. Ses habits sont diverses et variées ( nan sans blague, il s'habille toujours pareil ), il préfère avoir les épaules nues. Il aime les hauts où si les manches sont longues, elles sont élargies au niveau dse mains. Respectant le principe d'égalité qui régit sa vie, il porte de tout, robe, jupe, short, pantalon et heureusement pour lui, tout lui va. Il ajoute beaucoup d'accessoire à ses habits ; lanières de tissu ou de cuir, corde, chaînes en argent, anneaux. Ses vêtements de par leur étrangeté se voit toujours de loin, oui parce que Ruwa aime bien être remarqué, et il soigne beaucoup son apparence dans ce but.

Il a une oreille percée, la gauche. Deux trous exactement. Le premier qui est le plus haut contient une petite améthyste, et dans le second se trouve une boucle d'oreille couleur de jais auquel pend un papillon qui possède une aile blanche et une aile noire. L'autre oreille est décorée d'un anneau d'oreille en argent.

Les mains. Important. Ruki garde rarement ses mains nues. Il y a toujours quelque chose dessus : mitaines, gants, bagues, bouts de tissu. Ses ongles tranparents et brillant de nature sont d'ailleurs peints de noir.

Ses yeux parlons-en. Ils sont constamment entourés de khôl, c'est une certitude. Parfois en plus du noir, il y a d'autres couleurs, rouge, bleu ou blanc, plus rarement vert, mais jamais jaune, c'est un principe issu de son daltonisme.

Caractère :

Pour parler du caractère de Ruwa, on est obligé d'abordé les plusieurs principes vitaux à ses yeux.


Le principe d'égalité est basé sur cette phrase " Tous les hommes sont égaux ", ce qui veut dire que les femmes, les vieillards et les enfants sont égaux. Chose que Ruwa prend au mot. D'où le fait qu'il ne fasse aucune distinction dans les habits " pour femme " ou " pour homme ". Par extention de son principe, Ruwa ne vouvoie jamais personne : si légalité existe, personne n'est supérieur à un autre donc le vouvoiment ne devrait pas exister. Ce n'est pas une question de politesse, car lorsque Ruwa ne l'est pas, ça se voit ou plutôt ça s'entend.

Le second principe, tout aussi important concerne l'amour. L'amour c'est comme l'égalité, c'est universel, donc Ruwa peut tomber amoureux de n'importe qui : femme, homme, enfant ou vieillard. Peu importe. Et puis l'amour ça ne se contrôle pas donc il peut tomber amoureux de plusieurs personnes à la fois. Et selon lui, l'amour est loin d'être immuable donc on peut aimer quelqu'un un jour et ne plus l'aimer le lendemain, mais s'il y a une chose qui ne chagera jamais, c'est l'amour qu'il porte à Ritsuko.

En parlant d'elle, on en vient au troisième principe. Celui qui dit que chaque chose possède une âme, ce qui amène Ruwa a tout personnifier, de la moindre fourchette à cette entité que l'on nomme la mort en passsant par ses instruments bien sûr. Enfin, il personnifie les choses quand il en a besoin surtout, et lorsque qu'il n'hésite pas à les faire parler par son biais en prenant une voix étrange mais comique, c'est qu'il se moque de la personne en face de lui.

Oui car Ruwa aime bien se moquer des gens. C'est un garçon plutôt joueur, mais souvent sarcastique et ironique, très lunatique. On ne sait jamais bien à la cause de ses sauts d'humeur, un peu comme des crises. Ruwa a toujours réponse à tout : du moins si vous lui parlez, il vous répondra si l'envie lui en prend car Ruwa ne parle qu'aux personnes auxquelles il a envie de parler, les autres peuvent toujours attendre, sauf si on lui pose une question, chose auquelle il répond constament, mais les réponses ne sont que très rarement celles attendues : Ruwa est le pro des réponses vagues, dont on se doutait déjà. Si par exemple on lui demande comment il s'appelle, il répondra qu'il s'appelle par son prénom, chose qui a tendance à énerver ses interlocuteurs. Autre particularité de cet étrange garçon, il ne ment jamais. Attention, ça ne veut pas dire qu'il dit la vérité non plus. En fait, il ne dit pas toute la vérité, mais juste quelques parties, pas toujours dans l'ordre ce qui porte à confusion. Ruwa ne mâche pas ses mots, il dit toujours ce qu'il pense, même lorsqu'il sait que cela peut avoir de graves conséquences mais il s'en fiche. Il est parfois d'une insolence qui donne envie de l'étrangler.

Ruwa est aussi un pro de la simulation. Les sourires factices qui semblent vrai, les fausses larmes, la voix qui tremble ou déterminée, tout ça il sait faire. Il sait cacher ses sentiments et émotions derrière un masque indestructible. Un acteur très doué, voilà ce qu'est Ruwa.

Sinon que peut-on dire d'autre ? Ruwa est quelqu'un d'assez social, du moins lorsque l'envie lui en prend parce que s'il n'est pas d'humeur, il peut se refermer comme une huitre. Ruwa est régit non seulement par les trois principes cités plus haut qu'il nomme la Trinité, mais aussi par ses envies qui changent constament, ses humeurs, ses émotions et surtout son instinct, un peu comme un animal. D'ailleurs il considère l'homme au même titre que les autres animaux, c'est-à-dire qu'il s'adresse aux animaux comme si c'étaient des hommes, et le contraire aussi. Un détournement du principe de l'égalité.

Ruwa s'aime. Oui, Ruwa est un brin beaucoup narcissique, égocentrique et égoïste, il pense beaucoup à lui, sauf que pour lui, tous les hommes qui aime la vie s'aime un tant soit peu, chez lui c'est juste un peu plus poussé. Ruwa s'aime, c'est sûrement ce qui rend difficile dans son cas le fait de tomber vraiment amoureux d'une personne ce qui n'est jamais arriver à Ruwa, à part pour Ritsuko.

D'ailleurs Ritsuko, il faut en parler. Ritsuko, c'est l'amour de sa vie. Ritsuko, c'est sa guitare électrique. Toujours là pour lui. L'intense amour qu'il aurait du porter à une personne, tout cet amour il l'a reporté sur Ritsuko.

Il y a bien une chose qui l'obsède, c'est la musique, ou plutôt les arts en général, passion transmise par ses parents. Tous les arts, musique, danse, dessin, peinture. Il peut passer des heures à contempler une oeuvre, et s'enflamme souvent dans des descriptions passionnées d'un artiste, d'un tableau, d'un texte, d'un plat même car selon Ruwa, la notion d'art est tellement vague que tout peut y être assimiler.

Quand à la nourriture, il aime les choses douces et sucrées tel que les fraisiers ou des bonbons tout simplement, ne supporte pas tout ce qui pique, même le poivre, mais s'il y a une chose qu'il déteste plus que ce qui pique, c'est le chocolat. Rien que sa vue le dégoûte profondément et lui donne envie de vomir, il ne sait même pas pourquoi. Comme un vieux réflexe ancré dans son mode de vie.

Il est cléisiophobe et hématophobe, l'entente d'une clé tournée dans une serrure ou la vue du sang, autre que le sien le répugne et l'angoisse au plus haut point. En plus de ses névroses phobiques, il est atteint d'une névrose d'angoisse dont les crises se manifestent plus ou moins souvent, plus ou moins graves, mais elles surviennent surtout lorsque Ruwa a peur, et pour combler le tout, Ruwa est insomniaque, d'où la présence importante de Ritsuko.

Ruwa déteste être comme les autres, plus que tout, il aime la différence. Se plier à l'autorité, il ne supporte pas ça, et enfreindre les règles l'amuse beaucoup, les criminels l'amusent beaucoup aussi. Ruwa dit que la similitude l'empêche d'être libre or Ruwa est un être fait pour être libre. D'ailleurs il vit libre et fait ce qu'il veut quand il veut, ne vivant que pour lui, Ritsuko, Natsuki et Fuyuki, oui je l'ai déjà dit, Ruwa est égoïste et fier de l'être. Fier et heureux d'être ce qu'il est, lui-même tout simplement.


Dernière édition par le Mar 3 Juil - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruwa Nakahara
Présentation non faite ou non validée
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 27
Date d'inscription : 02/07/2007

Profil
Age:
Physique:
Caractère:

MessageSujet: Re: Ruwa Nakahara   Mar 3 Juil - 12:40

Histoire :


Avant d'aborder l'histoire, il faut déjà connaître un peu la famille, pour se familiariser avec l'entourage de Ruwa. Son père, Naito Kadosame, 46 ans à son actif, musicien à plein temps, pas riche mais aisé et divorcé vit actuellement à Kyoto avec sa nouvelle compagne, Saya Nomura, 40 ans et secrétaire, et leur fille Satsuki Kadosame, 13 ans, collégienne des plus banales.

Du côté maternel, sa mère Sae Nakahara 45 ans, game designer, son époux Arthurn Zechts, même âge exerçant le métier de professeur d'anglais. Avec eux, Lawliet Zechts premier enfant d'Arthurn issu de son précédent mariage, aîné de Ruwa de quatre ans et médecin dans une petite clinique privée, Matthew et Kana Zechts, jumeaux de 15 ans lycéens un peu rebelle pour l'un et une imagination peut-être un peu trop développée pour l'autre. Il y a aussi Yuana, 12 ans, petit garçon modèle et Keiyuu 9 ans, petit ouragan agaçant sur pattes. Et enfin, le chat de Ruwa, nommé Ruki, entièrement noir aux yeux vairons bleu et or. Un chat particulièrement intelligent, réclamant beaucoup d'affection de la part de Ruwa, mais particulièrement chiant avec tout ce qui n'est pas Ruwa, bref, une sale bestiole. Voilà pour la famille.

Lorsque Sae est enceinte de son premier fils, Naito et elle sont encore ensemble, mais pour combien de temps ? Le couple est déchiré par les disputes intempestives et ô combien futiles et puériles, alors pourquoi rester ensemble dans ce cas ? L'enfant, pour le futur nouveau né tout simplement, qui n'a d'ailleurs pas encore de nom, chose difficile à trouver lorsque les parents sont incapables de se mettre d'accord. Sae voulait l'appeler Rui, Naito lui préférait Waka reprochant à sa futur ex-femme de vouloir donner un nom de fille à leur fils. L'illumination vint un de ces si rares jours de dispute sur le thème du prénom de l'enfant. Sae prononça " Ruwa ", involontairement bien sûr, et l'éclair de génie les frappa tous les deux, réglant pour un moment tout problème.

A sa naissance, le nouveau né fut donc baptisé Ruwa, pour le bonheur de tous. Les disputes cessèrent pour un temps. Il faut savoir que la vie de Ruwa est parsemé de coup de foudre. Son tout premier coup de foudre eu lieu à l'âge de 3 ans lorsque sur les genoux de son père, ses petites mains encastrées dans les siennes se posèrent sur les touches du piano, jouant une mélodie guidées par les grandes mains du musicien. Oui, son premier amour était dédié au grand piano à queue moderne noir qui trônait glorieusement dans une partie du salon, exposé à la vue de tous. Il commença donc à en jouer, instruit par son père.

Entre le couple, les disputes avaient recommencé, prenant d'abord pour excuse que son mari ne s'occupait pas assez d'elle et trop de Ruwa, puis lorsqu'il délaissait un peu l'éducation musicale de l'enfant pour passer du temps - à contre coeur - avec sa femme, qu'il ne s'occupait pas assez de l'enfant. Le couple était prêt à éclater, un peu comme ces oeufs sur le point de d'éclorer : et bien si on comparait les mariés à un oeuf, il serait en train de se fendiller d'un peu partout.

Mais revenons aux amours de Ruwa. Le deuxième coup de foudre eut aussi lieu sur les genoux de son père. Cette fois-ci, Naito prenait les mains du petit enfant alors âgé de cinq ans pour lui montrer comment jouer de la guitare. Et hop, un nouvel amour, mais pour la guitare acoustique noire cette fois-ci. Une nouvelle fois, il réclama l'apprentissage du nouvel instrument, chose que son père lui accorder sans délais ravi de l'intérêt de son enfant pour sa passion.

C'est cette année là que les parents divorcèrent, pour le bien de l'enfant, comme le fait qu'il étaient restés ensemble pour le bien de l'enfant. Il fut décidé que Ruwa vivrait chez son père mais qu'il garderait le nom de sa mère. Chose qu'il accepta intérieurement, de toute façon, son avis de gamin de 5 ans n'était pas demandé. Naito s'installa à Kyoto avec son Ruwa. Au bout d'une année d'une existence d'une banalité attristante, Naito rencontra Saya, jeune femme de 25 ans qui arrivait à peine dans la vie professionnelle. Rapidement, ils se lièrent d'amitié et même plus. Rapidement il la ramena chez lui. C'est là que Ruwa eut son troisième coup de foudre, pour l'harmonica avec lequel Saya souffla quelques mélodies à son oreille. Comme d'habitude, Naito céda aux caprices de Ruwa et lui acheta un instrument, et Saya accepta de lui donner des cours.

Lors de sa huitième année, Ruwa eut une petite soeur du nom de Satsuki. Bien sûr, il avait déjà un beau frère, plus âgé et deux petits frères moins âgés grâce à sa mère qui avait rencontré un bel étranger anglais, mais ça il ne le savait pas encore. Il eut aussi son quatrième coup de foudre. Cette fois-ci, ce fut une batterie, et comme d'habitude, son père lui accorda ce qu'il voulait.

Le reste de son enfance et le début préadolescence n'eut rien de bien intéressant ou même spéciale, avec ses hauts et ses bas. Il vivait aimé dans une famille plutôt - même très - aisée, voir riche. Sa soeur Satsuki ne comprenait pas son amour de la musique mais les deux s'entendaient bien. Des conflits parfois, mais c'était normal comme la plupart du temps entre frère et soeur.

A l'âge de 13 ans, il demanda à revoir sa mère qui avait laissé Ōsaka pour suivre son nouvel époux dans le centre de Tokyo. On lui accorda sa demande et il fut décidé qu'il habiterait chez sa mère durant les week-end et les vancances scolaires. Là-bas, il découvrit donc qu'il avait plusieurs nouveaux frères, une nouvelle soeur et un beau-père. Entre eux, le courant passait bien du moins avec son beau-père. Un peu moins avec Lawliet, son aîné qui était concentré dans les révisions de ses examens et donc qui n'avait pas le temps de s'occuper des affaires familliales. Matthew, le plus jeune des deux jumeaux était plutôt du genre agaçant tandis que Kana lui était toujours la tête dans les nuages, pas très amusant. En tout cas, Ruwa prenait un malin plaisir à énerver l'un. Après, il y avait Yuana, un garçon sage, trop sage. D'un ennui mortel aux yeux de Ruwa qui se contenta de l'ignorer, et enfin il y avait Keiyuu. Un casse oreille celui-là, toujours à brailler pour un oui ou pour un non. Ruwa évitait de s'en approcher pour ne pas devenir sourd.

Son entrée au lycée fut marquée par un coup de foudre. Toujours pour un instrument. C'était durant les vacances d'été. Il se promenait dans les rues ensoileillées de Tokyo lorsqu'il tomba dessus : tout de bois vêtu, lustré et brillant. En fait, il tomba surtout sur la jeune fille qui tenait le violon et qui ressentit sur le coup tout le poids de Ruwa. Il ne se passa rien sauf les excuses de Ruwa à la jeune fille. C'est seulement une fois rentré à Kyoto qu'il demanda à son père l'achat d'un violon. Ce que celui accepta bien sûr. Il n'avait jamais refusé quoi que ce soit qui concerne la musique à son fils, et aujourd'hui ne faisait pas exception.

Le reste de l'existence de Ruwa ne fut pas croustillante. Il termina le lycée et entra dans une école réputée de musique dans laquelle il termina ses études. Côté amour musical, aucun coup de foudre, il poursuivit juste son apprentissage en autodidact et appris à jouer du tambourin, rien de bien passionnant. Depuis, il a déménagé chez sa mère à Tokyo et cherche un travail.

Travail demandé : Professeur de musique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christa Laylor
Mangeuse de boulets
Mangeuse de boulets
avatar

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 29
Localisation : Chut ... Regarde ton ombre ...
Date d'inscription : 22/04/2007

Profil
Age: Entre 16 et 18, ça faaait ?
Physique: Regarde un peu plus en haut ↑
Caractère: Viens mon mignon que je te montre x_X

MessageSujet: Re: Ruwa Nakahara   Mar 3 Juil - 14:32

O_o Waaaaah! La classe Nakahara-kun!

En espérant qu'un Admin passe pour te valider =S Bienvenue! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruwa Nakahara
Présentation non faite ou non validée
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 27
Date d'inscription : 02/07/2007

Profil
Age:
Physique:
Caractère:

MessageSujet: Re: Ruwa Nakahara   Mar 3 Juil - 14:49

Mici > <
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narumie Hatake
Dormeuse
Dormeuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 455
Age : 28
Localisation : Dans son lit
Date d'inscription : 01/07/2006

Profil
Age:
Physique:
Caractère:

MessageSujet: Re: Ruwa Nakahara   Mar 3 Juil - 15:54

Bonne présentation ^^

Je te valide !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ruwa Nakahara   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ruwa Nakahara
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kita Nakahara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chuugakkou Aka :: Hors Jeux! :: Souvenirs-
Sauter vers: